ESTIMEZ CORRECTEMENT VOS BIENS

Le montant des capitaux à assurer


Lorsque vous souscrivez un contrat, l’assureur vous demande le montant des capitaux à assurer, ou bien il vous propose lui-même un montant de garantie. Il vous demande par exemple si vous avez moins de 15 000 € de biens, entre 15 000 € et 30 000 €, etc. Il s’agit de la valeur de l’ensemble des biens qui sont susceptibles d’être détruits par un incendie, un dégât des eaux ou volés.

 

Calculez au mieux votre plafond de garantie


Ce chiffre est important car c’est le maximum de ce que vous remboursera l’assureur en cas de sinistre. C’est aussi à partir de ce montant que l’assureur calcule la cotisation annuelle. Si vous sous-estimez vos biens, vous ne serez pas intégralement remboursé en cas de sinistre. Inversement, si vous les surestimez, vous paierez inutilement une prime d’assurance plus élevée, car vous ne serez pas remboursé au delà de la valeur des biens.

 

Quelle valeur retenir ?


Cela dépend de votre contrat d’assurance. Si votre assurance vous indemnise en « valeur à neuf », prenez comme valeur le prix de l’objet neuf au jour où vous souscrivez l’assurance. Si vous êtes indemnisé en « valeur vénale », prenez le prix de l’objet d’occasion au jour où vous souscrivez l’assurance. Ce dernier prix est forcément une estimation, que vous devez faire vous-même en fonction de la côte de l’occasion. Pour les marchandises destinées à être vendues, l’assureur retient en principe la valeur vénale. Si vous avez des stocks importants, veillez à ce que le plafond de garantie prenne en compte, outre le prix des marchandises, le coût du transport et de la manutention.

 

Réactualisez régulièrement ce plafond


La plupart des contrats prévoient un ajustement de ce montant chaque année pour tenir compte de l’inflation, mais cette réactualisation ne tient évidemment pas compte des nouveaux biens professionnels que vous achetez. Il est donc indispensable de revoir le plafond de garantie régulièrement pour tenir compte de vos nouveaux outils ou de l’augmentation de votre stock.

 

Conservez vos factures


L’autre point important pour être indemnisé au mieux, c’est de conserver précieusement les factures des biens et des matières premières que vous achetez. En effet, en cas de sinistre, l’assureur vous demandera de prouver que vous étiez propriétaire des biens détruits ou volés. Si vous n’avez plus les factures, vous pouvez utiliser d’autres moyens de preuve, par exemple les garanties, les bons de livraison, les factures d’entretien, les relevés de carte bancaire ou même une photo de l’objet. Par ailleurs, si vous avez été victime d’un vol, vous devrez également apporter la preuve du cambriolage. Il est donc essentiel de conserver jusqu’au passage de l’expert, par exemple la serrure forcée, le volet arraché, etc.

COMMENTAIRES DES INTERNAUTES

0
AJOUTER UN COMMENTAIRE