L'INSEE enquête sur les indépendants en France

L'étude s’est portée sur les plus de 3 millions d’indépendants de France métropolitaine et les revenus qu’ils tirent de leur activité entrepreneuriale. Voici le résumé qu'on en a fait !

visuel

Un peu plus d’un indépendant sur dix gagne moins de la moitié du Smic annuel.

La bonne nouvelle c’est que près de 70% d’entre eux gagnent plus que le smic et même que 25 % d’entre eux appartiennent aux 10 % des ménages les plus aisés (contre 12 % des salariés). Bravo les champions !

MAIS……une partie d’entre eux connait une précarité financière significative :
- 𝟏𝟕,𝟔% 𝐨𝐧𝐭 𝐮𝐧 𝐧𝐢𝐯𝐞𝐚𝐮 𝐝𝐞 𝐯𝐢𝐞 𝐢𝐧𝐟𝐞́𝐫𝐢𝐞𝐮𝐫 𝐚𝐮 𝐬𝐞𝐮𝐢𝐥 𝐝𝐞 𝐩𝐚𝐮𝐯𝐫𝐞𝐭𝐞́, c’est-à-dire que leurs revenus totaux (entreprises + aides) sont inférieurs à 1102€ par mois (en 2019). Cependant, une partie des dépenses des entrepreneurs passe dans les charges de la société, ce qui nuance cette situation de pauvreté.

- 𝟏𝟑 % 𝐝’𝐞𝐧𝐭𝐫𝐞 𝐞𝐮𝐱 𝐟𝐨𝐧𝐭 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝟏𝟎 % 𝐝𝐞𝐬 𝐦𝐞́𝐧𝐚𝐠𝐞𝐬 𝐥𝐞𝐬 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐩𝐚𝐮𝐯𝐫𝐞𝐬 𝐜𝐨𝐧𝐭𝐫𝐞 𝟓 % 𝐝𝐞𝐬 𝐬𝐚𝐥𝐚𝐫𝐢𝐞́𝐬

- 𝐋𝐞𝐬 𝐩𝐫𝐨𝐟𝐞𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧𝐬 𝐝𝐞 𝐥’𝐢𝐧𝐟𝐨𝐫𝐦𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐞𝐭 𝐝𝐞𝐬 𝐚𝐫𝐭𝐬, 𝐚𝐢𝐧𝐬𝐢 𝐪𝐮𝐞 𝐥𝐞𝐬 𝐚𝐠𝐫𝐢𝐜𝐮𝐥𝐭𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐞𝐭 𝐥𝐞𝐬 𝐜𝐨𝐦𝐦𝐞𝐫𝐜̧𝐚𝐧𝐭𝐬, font partie des professions les pus touchées par cette précarité.

- Parmi les indépendants, 𝐥𝐞𝐬 𝐟𝐞𝐦𝐦𝐞𝐬, 𝐥𝐞𝐬 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐣𝐞𝐮𝐧𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐥𝐞𝐬 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐝𝐞 𝟔𝟓 𝐚𝐧𝐬, 𝐨𝐧𝐭 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐬𝐨𝐮𝐯𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐞 𝐭𝐫𝐞̀𝐬 𝐟𝐚𝐢𝐛𝐥𝐞𝐬 𝐫𝐞𝐯𝐞𝐧𝐮𝐬

- 𝐋𝐞𝐬 𝐢𝐧𝐝𝐞́𝐩𝐞𝐧𝐝𝐚𝐧𝐭𝐬 𝐬𝐞𝐮𝐥𝐬 𝐨𝐮 𝐞́𝐥𝐞𝐯𝐚𝐧𝐭 𝐬𝐞𝐮𝐥𝐬 𝐮𝐧 𝐨𝐮 𝐩𝐥𝐮𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐞𝐧𝐟𝐚𝐧𝐭𝐬 𝐬𝐨𝐧𝐭 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐞𝐱𝐩𝐨𝐬𝐞́𝐬 𝐚̀ 𝐥𝐚 𝐩𝐚𝐮𝐯𝐫𝐞𝐭𝐞́

- Les prestations sociales représentent une part importante du revenu disponible des indépendants gagnant très peu. Ces revenus supplémentaires (RSA, Allocation Handicap, Allocations logement, ou prestations familiales…) représentent jusqu’à 36 % du revenu moyen des ménages vivant sous le seuil de pauvreté.

Cette réalité nous montre qu'une partie des entrepreneurs reste précaires, au-delà des premières années de création et qu'il faut renforcer et développer l'accès à des dispositifs solidaires pour les protéger en cas de problèmes et leur permettre de sortir de cette précarité.

Découvrez l'étude dans son entierté